Conservation

Programme d’amélioration de l'habitat essentiel du Petit Blongios (2016-17)

Le Service canadien de la faune publiera bientôt son programme de rétablissement du Petit Blongios dans lequel il prévoit, entre autres, favoriser l’augmentation des populations par la restauration d’habitats. Or, une des menaces ciblées par le programme de rétablissement est la présence de plantes exotiques envahissantes dans l’environnement du Petit Blongios. Certaines plantes exotiques telles que le Roseau commun (Phragmites australis australis) et la Châtaigne d’eau (Trapa natans) sont reconnues pour former de grands peuplements très denses qui étouffent les espèces indigènes (les quenouilles par exemple) et accélèrent l’assèchement des marais. À ce jour, plus du tiers des sites de Petit Blongios ont été colonisés, plus ou moins sévèrement selon le cas, par des plantes exotiques envahissantes.

À moyen et long terme, l’objectif du programme sera de restaurer les sites détériorés par l’envahissement de plantes exotiques. Les objectifs principaux du présent projet sont 1) d’évaluer globalement la problématique des plantes envahissantes dans l’habitat du Petit Blongios afin d’établir des priorités d’intervention, et 2) d’effectuer une étude pilote d’amélioration de l’habitat essentiel du Petit Blongios dans un site aux prises avec une problématique de plantes exotiques envahissantes.

Les objectifs spécifiques du projet sont de :

1) Déterminer parmi les sites de Petit Blongios contenant de l’habitat essentiel, quels sont ceux qui ont une problématique de plantes exotiques envahissantes et évaluer l’ampleur de cette problématique afin de prioriser les sites les plus touchés, risques pour les autres espèces, etc.;

2) Trouver l’information sur l’éradication des plantes envahissantes (les méthodes, les coûts, les compagnies et organismes spécialisés dans ce domaine, les permis nécessaires pour les travaux, etc.);

3) Mener une étude pilote dans un habitat essentiel envahi par des plantes exotiques afin de quantifier l’ampleur de la problématique, de proposer un plan d’intervention et d’évaluer les coûts liés à la restauration de l’habitat.

La première partie du projet consistera à faire l’état des connaissances sur la problématique des plantes exotiques envahissantes dans l'habitat du Petit Blongios au Québec et sur les mesures d'atténuation et méthodes de restauration pour contrer cette menace. Plus spécifiquement, une évaluation des sites où des plantes exotiques envahissantes ont été trouvées sera effectuée pour établir un ordre de priorité d’intervention. Les sites reconnus comme sévèrement touchés par l’envahissement de plantes exotiques et les sites reconnus comme habitat essentiel du PEBL seront priorisés. Ce premier tri se fera essentiellement à l’aide de la base de données SOS-POP. Parallèlement, il y aura aussi une quête d’informations à propos des aménagements possibles dans les milieux humides touchés par un problème de plantes envahissantes. Cette recherche d’information se fera par une recension des écrits sur le sujet et par des demandes d’information auprès d’organismes qui travaillent dans ce domaine.

La deuxième partie du projet consistera à mener une étude pilote dans un habitat essentiel envahi par des plantes exotiques. Des démarches auprès des propriétaires des sites prioritaires seront alors enclenchées pour obtenir leur autorisation. Lorsque nous aurons l’approbation des propriétaires de quelques sites (environ 5), des visites de ces sites auront lieu afin d’évaluer et documenter l’ampleur du problème. En fonction de cette évaluation, un site sera alors sélectionné afin de le restaurer. Des organismes spécialisés dans ce type d’aménagement seront alors contactés pour obtenir des plans d’intervention et une évaluation des coûts liés à la restauration de l’habitat. La réalisation des travaux de restauration fera l’objet d’un projet subséquent.

Personnes-ressources: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. et Michel Cournoyer, biologistes.


 

Ce projet est soutenu par le financement de:

EC-PIH
Volet espèces en péril