Conservation

Conservation volontaire en Montérégie

La Paruline à ailes dorées (PAAD) affectionne les milieux arbustifs ouverts tels que les aulnaies ou les friches abandonnées qui se trouvent aux abords de massifs forestiers. Son déclin serait associé à l’hybridation avec une autre espèce, la Paruline à ailes bleues (très rare au Québec), au parasitisme des nids par le Vacher à tête brune mais surtout à la perte d’habitats convenables.

Afin de maintenir la disponibilité des habitats, des interventions de contrôle de la végétation peuvent s’avérer nécessaires et c’est d’ailleurs cette avenue qui est privilégiée par le groupe de travail sur la Paruline à ailes dorées (Golden-winged Warbler Working Group (GWWWG), www.gwwa.org). Au Québec, cette espèce désignée menacée en vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP) au Canada se reproduit en Outaouais, en Montérégie et en Estrie. Des inventaires réalisés depuis 2008 en Montérégie par le Regroupement QuébecOiseaux et ses partenaires (p.ex. bénévoles, biologistes de Service canadien de la faune) ont permis de mieux connaître la répartition de cette espèce dans la région. On constate aujourd’hui que la région de la Vallée-du-Haut-Saint-Laurent joue un rôle central pour la conservation de l’espèce puisqu’elle abriterait plus de 50 % des effectifs du Québec. En effet, au cours des dix dernières années, 35 des 65 sites où l’espèce a été répertoriée dans la province se trouvent dans la grande région de Huntingdon.

Le Regroupement QuébecOiseaux informe et sensibilise les propriétaires de terrains où niche la Paruline à ailes dorées, pour favoriser la préservation de son habitat, de façon à ce qu’ils posent des gestes concrets pour maintenir ces dits habitats. Des plans d’aménagement ont d’ailleurs été conçus pour trois d’entre eux. Ces documents indiquent les travaux qui doivent être réalisés pour améliorer l’habitat et assurer sa pérennité. Ces projets d’intendance privée nécessitent de tisser et d’entretenir des liens de confiance avec les propriétaires afin de favoriser un engagement durable de leur part.

Le Regroupement QuébecOiseaux est principalement actif dans un secteur agro-forestier d’environ 25km carré dans la municipalité de Hinchinbrooke, en Montérégie. Ce territoire, majoritairement boisé, comporte un important réseau de milieux humides, lesquels font partie des zones prioritaires ciblés par Canards illimités dans le cadre du Plan conjoint des habitats de l’est. On y trouve également plusieurs espèces floristiques à statut précaire (Orme liège, Érable noir, Noyer cendré, Proserpinie des marais, Ail des bois) ainsi que plusieurs mentions d’amphibiens et reptiles à statut précaire à proximité (Salamandre sombre du nord, Salamandre à quatre orteils, Couleuvre tachetée, Tortue des bois). De plus, les inventaires réalisés au printemps 2008 ont permis d’observer un total de 120 espèces d’oiseaux, dont plusieurs sont considérées comme des nicheurs relativement rares au Québec. Depuis quelques années, le RQO est également actif dans la région de l’ouest de Huntingdon.

Connaître et protéger la Paruline à ailes dorées

Bailleurs de fonds : PIH

logo-EC-6k