Conservation

Projet pilote pour le maintien d’habitat propice à la nidification de la Paruline à ailes dorées dans la région de la Vallée-du-Haut-Saint-Laurent

L’objectif principal de ce projet pilote consistait à développer, en partenariat avec les propriétaires et les différents intervenants forestiers et agricoles, une stratégie pour maintenir une certaine superficie d’habitat ouvert en régénération afin de préserver cette importante population de Paruline à ailes dorées de la Vallée-du-Haut-Saint-Laurent. Dans le sud du Québec, le maintien de ce type d’habitat pourrait profiter à 42 espèces d’oiseaux, dont 6 en situation précaire, 9 considérées rares et 4 espèces exploitées.

Dans le cadre de ce projet pilote, une zone de plus de 8 000 hectares (80 km²), représentée par les secteurs de Godmanchester et de Hinchinbrooke, a premièrement été délimitée en raison de son potentiel de nidification pour la Paruline à ailes dorées. Cette zone a été cartographiée selon 12 catégories d’habitats pertinentes pour la planification d’aménagements visant la Paruline à ailes dorées. De plus, 16% des parcelles cartographiées ont été validées sur le terrain. Cette cartographie a permis de cibler des sites à prioriser ainsi que des types d’interventions à envisager.paad yl

Un ensemble de sites prioritaires a été identifié en se basant sur les types d’habitat cartographiés, le potentiel d’intervention et les discussions réalisés avec les propriétaires des terrains. Pour chaque site prioritaire, les menaces ainsi que les recommandations pour créer ou maintenir l’habitat propice à la nidification de l’espèce ont été identifiées. Ces sites prioritaires représentent 157 hectares dans le secteur de Godmanchester et 38 hectares dans celui de Hinchinbrooke, pour un total de 195 hectares.

Afin de réaliser les recommandations proposées, des types d’interventions ont été proposés aux propriétaires des sites prioritaires. Ces propositions de types d’interventions sont le fruit du travail de concertation avec les partenaires, particulièrement lors de rencontres de travail, ainsi que des échanges que nous avons eus avec les propriétaires tout au long du projet.

Entre autres idées intéressantes qui ont émergé du projet, notons l’intérêt de maintenir des milieux ouverts en régénération non seulement pour la Paruline à ailes dorées, mais aussi pour favoriser les espèces que l’on peut chasser comme la Bécasse d’Amérique, la Bécassine de Wilson, la Gélinotte huppée, le Dindon sauvage ou encore le chevreuil. Des pâturages organisés de façon non intensive pour des vaches, des chèvres, des moutons ou encore des chevaux permettraient également de maintenir des sites intéressants pour la Paruline à ailes dorées. Le projet a aussi permis d’établir une solide collaboration avec Hydro-Québec (TransÉnergie) dans le but de définir des façons de faire novatrices pour maintenir ce type d’habitat propice à la nidification dans les emprises électriques.

Afin d’éventuellement réaliser les interventions suggérées, près d’une dizaine de sources possibles de financement ont été identifiées. Par ailleurs, plus d’une dizaine de chercheurs universitaires et autres personnes pouvant être intéressés par la recherche sur cette espèce ont été contactées afin de stimuler la mise en place de projets de recherche. Enfin, le projet a permis d’initier ou de stimuler près d’une dizaine d’autres projets, avec l’implication de près d’une vingtaine d’organismes.

Personne-ressource: Simon Bédard, biologiste - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Financement :

logo-EC-6kProgramme d’intendance de l’habitat des espèces en péril.

cre haut-stlaurent Programme de mise en valeur des ressources du milieu forestier – volet II.