• La page des oiseaux rares

    Sûrement la source ornithologique la plus populaire au Québec, la page des oiseaux rares recoit plus d'un million de visites par année. Plus de détails
  • Magazine

    Le magazine QuébecOiseaux aborde dans chaque numéro l'actualité, présente des sites d’observation fréquentés par les ornithologues amateurs, des livres, de l’équipement et un calendrier d’activités et donne des trucs pour attirer les oiseaux dans sa cour. On y retrouve aussi des chroniques portant sur les oiseaux d’ici, les observations saisonnières et la photographie. Plus de détails
  • eBird Québec

    Le portail eBird Québec permet aux ornithologues de contribuer au suivi des populations d’oiseaux, tout en offrant des outils interactifs de visualisation des données (cartes de répartition, histogrammes de présence, etc.). Plus de détails
  • Appuyez le Regroupement

    En devenant membre de QuébecOiseaux, vous contribuez à la protection des oiseaux, à l'émergence de la science citoyenne et à l'amélioration du losir ornithologique en plus d'obtenir un bouquet d'avantages exclusifs aux membres du Regroupement. Demandez votre carte dès maintenant. Plus de détails
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
Juin 2016

Une visite inusitée au Québec

Les ornithologues de la région du Centre-du-Québec vivent un événement rarissime, attirant des observateurs d'oiseaux de partout au Québec. Du Bas-St-Laurent à l'Outaouais, en passant par le Lac-Saint-Jean, les gens affluent à Nicolet grâce à la visite inusitée d'une Paruline orangée au Parc écologique de l'Anse du Port. Depuis 1996, ce petit passereau est considéré en voie de disparition par le COSEPAC.

Habituellement résidente des boisés marécageux du sud de l'Ontario et des États-Unis, la Paruline orangée a pu retrouver à l'Anse du Port, un milieu parfaitement conforme à son habitat de nidification. Depuis le milieu des années 1970, on n'en compte qu'une vingtaine de mentions d'observation au Québec, ce qui rend sa présence à Nicolet d'autant plus exceptionnelle. Même dans son habitat d'origine, il demeure un oiseau très difficile à observer, étant donné sa grande rareté. Au Canada, l'espèce est considérée en voie de disparition.

Chantant haut et fort, ce mâle tente d'attirer une femelle avec qui il pourra utiliser le nid qu'il a préparé. Malheureusement, les probabilités qu'une femelle de son espèce se soit aussi égarée dans le coin, sont plutôt minces.

La paruline est facilement visible de la passerelle aménagée pour les usagers du parc écologique. Inutile d'utiliser des repasses sonores (chants d'oiseaux enregistrés), car ce visiteur est très facile à voir et à entendre. Cette pratique n'est pas nécessaire ni recommandée, surtout en période de nidification, ce qui ne fait que contribuer au stress de l'oiseau.

Visitez la Page des oiseaux rares, publiée par QuébecOiseaux pour être au courant des dernières observations de la Paruline orangée, photos incluses.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.