Bulletin Le Migrateur

Le Migrateur - juin 2016

migrateur banniere
LE BULLETIN ÉLECTRONIQUE DU REGROUPEMENT QUÉBECOISEAUX
JUIN 2016
MAINTENANT 35 ANS À SUIVRE LES POPULATIONS D'OISEAUX
Faites un don
Faites un don

QUÉBECOISEAUX ET LA COMMUNAUTÉ

Lire sur le site WEB

Suivez-nous sur FACEBOOK
Commentez sur TWITTER
bann GDQO 2016

Un Grand Défi mémorable!


L'édition 2016 du Grand Défi connait une course au championnat excitante! Les Ornitrotteurs mènent par une mince avance de quelque 230 $ sur les Moucherolles de Tchébec, les gagnants de 2014.

Du côté individuel, André Provost, des COLibris et gagnant de jumelles Vortex en 2013, devance Sébastien Rioux, des Moucherolles de Tchébec, par un peu plus de 300 $, alors, tout peut encore arriver.Nichoir Parc Michel-Chartrand
Avec encore 3 semaines pour compléter leur collecte, les équipes qui se livrent une course endiablée, peuvent voir le championnat leur échapper par un seul don!

2016 aura été une année fertile:
  • un record de 63 équipes inscrites (226 équipiers)
  • 50 organismes bénéficiaires
  • Plus de 38 000 $ accumulés au 14 juin
  • 130 espèces observées par une équipe
 
La compilation n'est pas encore terminée, les équipes ont jusqu'au 15 juin pour compléter leurs rapports. 
Nichoir à hirondelles financé par le Grand Défi

Voici tout de même quelques statistiques résumant la dernière édition.

Équipes ayant accumulé le plus de dons :
  1. Les Ornitrotteurs – 3 240 $
  2. Les Moucherolles de Tchébec – 3 008,50 $
  3. Les Iris matures – 2 337,75 $
Individus ayant recueilli le plus de dons :
  1. André Provost (Les COLibris) - 1 915,90 $
  2. Sébastien Rioux (Les Moucherolles de Tchébec) – 1 604,15 $
  3. Jean-Sébastien Guénette (Les Iris matures) – 1 351,50 $
Équipes ayant observé le plus d’espèces dans la catégorie "sans déplacement" :
  1. Les Moucherolles de Tchébec (Marais Provancher) – 107
  2. Les Iris matures (Parc national des Îles de Boucherville) – 74
  3. Les Dunosaures (Tadoussac) – 73
Équipes ayant observé le plus d’espèces dans la catégorie "avec déplacement":
  1. Les Ornitrotteurs – 130
  2. Les Martins-chasseurs – 123
  3. Les GoGluS – 123

De superbes prix pour les donateurs et les participants - Tirage le 4 juillet

Vous avez jusqu'au 30 juin pour faire un don et courir la chance de gagner un prix

Plus de 2 700 $ seront remis en prix aux participants, dont une lunette d’observation Vortex, des manteaux Arc’teryx et d’autres prix de participation.

Gagnez un Forfait Gourmet au Gîte du Mont-Albert pour 2 personnes

Pour chaque tranche de 20 $ de don fait dans le cadre du Grand Défi (p. ex.: un don de 100 $ vous donne 5 chances de gagner) vous courez la chance de remporter ce prix valant près de 670 $. Le forfait comprend deux nuitées en chambre à l'auberge, deux soupers en table d'hôte, deux petits déjeuners, l'accès au parc national de la Gaspésie et les frais d'administration. Prix valide jusqu'au 31 mai 2017.

Dix autres prix seront tirés parmi toutes les personnes qui auront fait un don dans le cadre du Grand Défi.

Lisez tous les détails et faites un don ou inscrivez votre équipe au www.quebecoiseaux.org/gdqo.

SAIL-logo        VTXonVORTEX Green       sepaq reseau process

 


Assemblée générale 2016 - CORRECTION

Nous avions annoncé dans le numéro d'avril que la date de la prochaine assemblée générale de QuébecOiseaux serait le 17 septembre 2016. Il a ensuite été porté à notre attention que cette date entrait en conflit avec le Festival des oiseaux migrateurs de Tadoussac, auquel plusieurs des délégués habituels participent aussi. Dans ce contexte, nous avons décidé de reporter à la semaine suivante la tenue de l'assemblée générale. Il faut donc remplacer dans votre agenda la date du 17 par celle du 24 septembre. L'endroit ne change pas, l'évènement aura lieu à la base de plein air Ville-Joie, à Trois-Rivières.

Veuillez accepter nos excuses pour tout inconvénient que cette situation pourrait occasionner.

Un visiteur inusité au Parc écologique de l'Anse du Port

Les ornithologues de la région du Centre-du-Québec vivent un événement rarissime en ce début de juin, attirant des observateurs d'oiseaux de partout au Québec. Du Bas-St-Laurent à l'Outaouais, en passant par le Lac-Saint-Jean, les gens affluent à Nicolet grâce à la visite inusitée d’une Paruline orangée au Parc écologique de l’Anse du Port. Depuis 1996, ce petit passereau est considéré en voie de disparition par le COSEPAC.

Habituellement résidente des boisés marécageux du sud de l’Ontario et des États-Unis, la Paruline orangée a pu retrouver à l’Anse du Port, un milieu parfaitement conforme à son habitat de nidification. Depuis le milieu des années 1970, on n'en compte qu'une vingtaine de mentions d'observation au Québec, ce qui rend sa présence à Nicolet d'autant plus exceptionnelle. Même dans son habitat d'origine, il demeure un oiseau très difficile à observer, étant donné sa grande rareté. Au Canada, l’espèce est considérée en voie de disparition.

Paruline-orangé O3A9695 sue web
Chantant haut et fort, ce mâle tente d’attirer une femelle avec qui il pourra utiliser le nid qu’il a préparé. Malheureusement, les probabilités qu’une femelle de son espèce se soit aussi égarée dans le coin sont plutôt minces.

La paruline est facilement visible de la passerelle aménagée pour les usagers du parc écologique. Inutile d’utiliser des repasses sonores (chants d’oiseaux enregistrés), car ce visiteur est très facile à voir et à entendre. Cette pratique n’est pas nécessaire ni recommandée, surtout en période de nidification, ce qui ne fait que contribuer au stress de l’oiseau.

Visitez la Page des oiseaux rares, publiée par QuébecOiseaux à l’adresse www.oiseauxrares.qc.ca pour être au courant des dernières observations de la Paruline orangée, photos incluses. Atlas des oiseaux nicheurs du Québec.

Travaux nordiques, édition 2016
Les travaux de terrain se poursuivent au nord de la latitude 50,5 N pour l’Atlas des oiseaux nicheurs. Nous disposons de peu de ressources financières cette année, mais nous avons la chance de pouvoir compter sur deux équipes d’atlasseurs expérimentés qui ont accepté de travailler à titre bénévole. Christophe Buidin et Yann Rochepault exploreront la route Transtaïga tandis qu’Hugues Brunoni et Maxime Carbonneau travailleront dans le secteur de la baie James. Par ailleurs, depuis janvier, une petite équipe de rédacteurs a produit une cinquantaine de comptes rendus sur les espèces qui figureront dans le nouvel atlas. L’attribution des dernières espèces se fera au début de l’automne. Veuillez noter que les bureaux de l’Atlas souhaitent limiter le nombre d’auteurs afin de maintenir une certaine uniformité dans la rédaction des comptes rendus.


Saison de terrain 2016 pour l’équipe de conservation

En cette saison de nidification, l’équipe de conservation est fort occupée sur le terrain puisque de nombreux projets impliquent la tenue d’inventaires d’espèces ciblées et d’autres travaux. Ainsi nous espérons trouver de nouveaux sites de nidification de Paruline à ailes dorées, de Grive de Bicknell, d’Hirondelle de rivage et de Martinet ramoneur, ou de confirmer certains sites de martinets et de Petit Blongios. Par ailleurs, des sites où des Petit Blongios ont été répertoriés ces dernières années seront visités afin de confirmer la présence de cette espèce. Ces inventaires seront réalisés en Montérégie et dans Lanaudière.

Une recherche active de site de nidification de Paruline à ailes dorées est actuellement en cours dans le secteur du Lac-Brome, là où le potentiel de retrouver l’espèce est intéressant. En lien avec cette espèce, des inventaires de végétation et des stations d’écoute sont également prévus chez deux producteurs forestiers du Haut-Saint-Laurent, afin de structurer les travaux à réaliser pour maintenir des parcelles d’habitat propice à la nidification de la Paruline à ailes dorées.

Nous tenterons également de trouver de nouveaux sites de Grive de Bicknell situés en terres privées dans les régions de l’Estrie et de Chaudière-Appalaches. Nous avons également été mandatés pour notre expertise par le Ministère des Forêts, de la Faune et Parcs afin d'accompagner leur équipes lors de leurs travaux d’inventaires de Grives de Bicknell, au Massif du Sud (Saint-Philémon).

hiriL’Hirondelle de rivage fera également l’objet de travaux d’inventaires effectués par l'équipe de conservation. Plus spécifiquement, nous irons visiter des sablières et gravières où l’espèce est susceptible d’être présente. Ce projet vise dans un premier temps à répertorier de nouvelles colonies afin de proposer ultérieurement aux gestionnaires, d’appliquer des mesures d’exploitation encourageant la cohabitation avec cette espèce.

Nous coordonnerons encore une fois les nombreux bénévoles qui tenteront de découvrir de nouveaux sites de nidification du Martinet ramoneur dans les cheminées des bâtiments religieux et des établissements scolaires. De plus, nous serons impliqués directement dans la validation d’une quarantaine de sites connus de nidification de cette espèce dans la grande région de Montréal, dans le cadre d’un projet d’Environnement Canada.

Finalement, d’autres activités de terrain permettront d’offrir des aménagements bénéfiques pour les oiseaux champêtres chez six producteurs agricoles de la Montérégie. Installation de nichoirs, perchoirs et autres structures de nidification, plantation d’arbres et arbustes fruitiers et mise en valeur d’étangs ne sont là que quelques exemples de projets qui seront mis en œuvre d’ici l’automne. Ces aménagements s’inscrivent dans une démarche où les participants se sont également engagés à modifier certaines pratiques favorisant la cohabitation entre les oiseaux champêtres et des pratiques agricoles modernes.

Pour effectuer l’ensemble de ces activités de terrain, l’équipe de biologistes du volet conservation peut compter sur quatre stagiaires spécifiquement dédiés aux travaux de terrain pour obtenir un bon coup de main.
 

Une nouvelle recrue s’ajoute à l’équipe de QuébecOiseaux!

LindaPerezLinda Pérez, biologiste, appuiera l’équipe de conservation en tant qu’adjointe aux projets sur la Grive de Bicknell, les chats domestiques, l'Hirondelle de rivage, le Martinet ramoneur et les oiseaux champêtres.

Linda a complété son baccalauréat en biologie au Mexique à l’Universidad Autonoma Metropolitana et elle a poursuivi ses études de second cycle à l’Université de Sherbrooke, où elle a obtenu une double diplomation en écologie internationale.

Toute l’équipe lui souhaite la bienvenue!

De nouveaux visages à QuébecOiseaux pour cet été

Les biologistes de QuébecOiseaux ont la chance d’avoir 7 stagiaires cet été pour leur venir en aide dans divers projets !

AudreyRochon Audrey Rochon est étudiante en biologie environnementale à l’Université McGill et elle assiste l’équipe dans différents projets. En plus de participer aux inventaires de Petit Blongios, Audrey travaille sur l’Hirondelle de rivage, les oiseaux champêtres et le Martinet ramoneur.



StefanyDesrochesStéfany Desroches a terminé ses études en décembre dernier et elle possède une formation en sciences biologiques ainsi qu’un microprogramme en géomatique. Elle travaille principalement sur le projet de suivi des nichoirs à Étourneau sansonnet et celui d’inventaire de la Paruline à ailes dorées. Elle participe aussi aux projets sur la Grive de Bicknell, les oiseaux champêtres et le Martinet ramoneur.

ValentineLoiseauMarie-Valentine Loiseau étudie présentement en biologie (cheminement écologie) à l’Université du Québec à Rimouski. Elle travaille actuellement sur la Grive de Bicknell et l’Hirondelle de rivage et elle participera au projet sur les oiseaux champêtres.

LaurieNadeauLaurie Nadeau, quant à elle, est étudiante en Techniques de bioécologie au Cégep de Sherbrooke. Elle participe cet été aux projets de conservation de la Paruline à ailes dorées et de l’Hirondelle de rivage.

Nous accueillons aussi trois stagiaires à la Maîtrise en gestion durable des écosystèmes forestiers, une formation en partenariat avec l’Université du Québec à Montréal (UQAM), l’Université du Québec en Outaouais (UQO) et l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT) sous la diligence de l’Institut des sciences de la forêt tempérée (ISFORT).

AlainNgami Alain Ngami, ingénieur forestier, contribue à l’élaboration d’un plan de conservation pour la Paruline du Canada ainsi qu’à la publication d’un guide de sensibilisation sur la conservation de cette espèce au Québec.
AubinAssonfack Aubin Assonfack a un baccalauréat en sciences forestières et environnementales de l’Université de Padoue en Italie. Il travaille à l’élaboration d’un plan de conservation pour la Grive des bois.

DiarouDailloDairou Daillo est ingénieur diplômé de l’Institut Polytechnique de Recherche et Formation Appliquée de Katibougou au Mali ainsi que de l’École Nationale des Cadres Ruraux de Bambey au Sénégal. Il s’intéresse au Pioui de l’Est afin de présenter un projet de conservation sur cette espèce.

Bienvenue dans l’équipe!

L'été dans les pages du magazine QuébecOiseaux

L’édition estivale du magazine QuébecOiseaux invite les lecteurs à mettre le cap sur le fjord du Saguenay, avec pour guides deux de ses ornithologues les plus chevronnés, Claudette Cormier et Germain Savard de Saint-Fulgence, détenteurs du record du plus grand nombre d’espèces d’oiseaux observées au Québec à partir de la cour d’une maison (226 espèces au dernier décompte!). Au-delà des berges de la rivière Saguenay, le reportage comprend une incursion en Boréalie afin de découvrir les attraits du Parc national des Monts-Valin.27n4
La possibilité d’ouvrir la chasse à la Tourterelle triste a suscité de nombreuses réactions outrées au sein de la communauté ornithologique. Pour justifier sa demande, la Fédération québécoise des chasseurs et pêcheurs prétend que la population de cette espèce est en augmentation et à un niveau soutenable. Mais est-ce vraiment le cas? Un article, qui passe en revue les plus récentes données disponibles, démontre que la tourterelle connaîtrait plutôt un déclin au Québec.

Comment encourager la relève en ornithologie? Dans la région de Rimouski l’engagement de parents, de professeurs, de scientifiques et de bénévoles a permis de mettre sur pied le projet « Des nids chez vous ». Objectif : rapprocher les jeunes de la nature, tout en leur faisant découvrir le monde fascinant de l’ornithologie et de la recherche en écologie. Un article rend compte de cette expérience en milieu scolaire qui comprend la construction et l’installation de nichoirs, ainsi que le suivi de la nidification jusqu’au baguage des oisillons.

Offrir une source d’eau facile d’accès et sécuritaire est la meilleure façon d’observer chez soi des espèces qui ne fréquentent pas les mangeoires, comme les grives, parulines et viréos, mais qui viendront pour s’abreuver et se rafraîchir. En fait, durant la canicule, les oiseaux semblent apprécier une bonne baignade autant que les humains, surtout en milieu urbain où les points d’eau de bonne qualité sont plutôt rares. Sous le titre « Spa et buvette », la chronique Côté cour, côté jardin aborde en détails les bains d’oiseaux.

À lire également, un portrait du Plongeon huard, un texte de l’écrivain Eric Dupont illustré par le peintre animalier Ghislain Caron, la chronique des livres consacrée au premier volume de l’Illustrated Checklist of the Birds of the World, ainsi que les actualités, les observations saisonnières, le calendrier des activités et le traditionnel « défi ».

Cette nouvelle édition de QuébecOiseaux sera distribuée aux abonnés au cours de la troisième semaine de mai et apparaîtra en kiosque au début de juin.
 

Camp ornithologique à Tadoussac, des places sont disponibles

Nous vous annoncions dans le numéro d'avril, la tenue d'un camp ornithologique spécialisé qui se déroulera au mois d'août 2016. Présenté par l'Observatoire d'oiseaux de Tadoussac (OOT) en collaboration avec QuébecOiseaux, ce camp offrira une programmation unique en son genre pour des jeunes de 12 à 17 ans, passionnés d'ornithologie. La formation se déroulera du 14 au 19 août dans la région de Tadoussac et elle comprendra des visites à des sites reconnus comme le banc de Portneuf, la baie des Escoumins ou le marais salé de Longue-Rive. Des sessions de baguage se dérouleront aussi tous les matins!

tadoussacLa mise en place de ce projet découle d'une idée de Jean-Sébastien Guénette, directeur général de QuébecOiseaux qui approché Pascal Côté, le directeur de l’OOT, il y a près d’un an, pour évaluer la possibilité d'offrir un camp dont l'objectif serait en partie de former une relève en ornithologie. Comme plusieurs d'entre vous l'ont sûrement observé, le nombre de jeunes s'intéressant à notre loisir est particulièrement faible en ce moment. Ce camp se veut donc une occasion de stimuler l'intérêt d'une douzaine d’adolescents (places limitées à 12) à découvrir les oiseaux, en compagnie d'ornithologues passionnés. Le camp sera d'ailleurs chapeauté par nul autre qu'Olivier Barden, qui sera accompagné de Pascal Côté. Jean-Sébastien Guénette sera aussi présent en tant qu'accompagnateur bénévole!

Le transport aller-retour à partir de Québec sera offert et il reste des places pour ce camp offert à un tarif de 850 $ par personne (taxes incluses). Explos-Nature a plusieurs bourses afin de réduire les coûts du camp pour les familles à faible revenu.

N’hésitez pas à diffuser cette information auprès des jeunes ornithologues que vous connaissez (ou de leurs parents).

Toute l'information se trouve sur le site web de l’OOT au lien suivant : http://www.explosnature.ca/camp-ornithologique/

Soulignons que Protection des oiseaux du Québec a apporté un soutien financier dans ce projet!.
Crédits photo : Paruline orangée - Suzanne Labbé, nichoir à hirondelle - André Provost, Hirondelle de rivage - Marcel Gauthier, dunes de Tadoussac - Louis Vaillancourt