fbpx

Chronique de Pierre Gingras sur l'Atlas des oiseaux nicheurs

L'Atlas des oiseaux nicheurs et le déclin des hirondelles

Le mercredi 1 mai 2013

Pierre Gingras parle d'abord de ses chères hirondelles, qui sont en déclin : « moi dans mon patelin de Boucherville, où j'ai des cabanes pour hirondelles, je n'ai pas vu l'ombre d'une hirondelle, ni autour de la maison ni dans le ciel environnant. Zéro. » Cette situation se reflète dans l'Atlas des oiseaux nicheurs du Québec, qui commence sa quatrième et avant-dernière année d'inventaire, qui sert à déterminer l'état et l'abondance de nos populations. 
 
Il explique ensuite comment on fait l'inventaire, auquel participent plus de 2000 bénévoles depuis le début et cinq ou six équipes de professionnels qui patrouillent la forêt boréale. L'Atlas est toujours à la recherche de bénévoles .  
 
Les hirondelles, comme tous les oiseaux qui capturent des insectes volants sont en fort déclin, parce qu'il y a de moins en moins d'insectes. Mais on ne sait pas pourquoi.  
 
Pierre Gingras suggère la visite du Jardin Daniel A. Seguin, à Saint-Hyacinthe, samedi et dimanche, entre 9 h à 17 h,.