fbpx

Les gens derrière des initiatives permettant la sauvegarde des martinets

Plusieurs intervenants de divers horizons sont fiers de participer activement à la sauvegarde du Martinet ramoneur et nous souhaitons souligner leurs initiatives dans les lignes qui suivent. C’est le cas notamment de Simon Parent, agriculteur de profession, qui a dû sauter de joie lorsqu’il a 

découvert cinq petits oeufs blancs dans un nid de brindilles dans le nichoir à martinets qu’il a installé au Sanatorium historique du Lac-Édouard, à La Tuque. Il s’agit de la première nidification au Canada dans une structure non chauffée! C’est probablement avec le même enthousiasme que Claire Charron et Deborah Powell, ornithologues en Outaouais, ont accueilli une cinquantaine de martinets dans le dortoir annexé à l’ancienne cheminée qui a été fermée à l’école McDowell, à Shawville. De leur côté, Serge Mercier, Benoit Turgeon et Patrick Gauthier, attendent patiemment que les cheminées de briques installées à Sherbrooke et à Magog soient occupées. Au printemps 2015, ils ont réunis des étudiants en maçonnnerie, des entreprises de briquetage ainsi que la communauté estrienne pour la mise sur pied de leur projet.

C’est d’ailleurs grâce à l’initiative des étudiants en maçonnerie que Mathieu Lemay, technicien en ramonage chez Cheminée en Santé, a été mis au courant de la situation du martinet. Ainsi, lorsqu’il a repéré un nid occupé par le martinet dans la cheminée d’un de ses clients, il a immédiatement proposé au propriétaire de l’immeuble d'éviter d'effectuer des travaux sur sa cheminée durant la période de reproduction. Cela a permis à un couple de martinets de compléter leur nidification cet été.

Toutes ces initiatives sont des exemples inspirants de gestes qui peuvent être posés pour la protection du Martinet ramonCette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.eur, sans oublier la participation des centaines de bénévoles qui sillonnent les rues de la province à la recherche de nouveaux sites occupés par cette espèce. Nous remercions tous les bénévoles qui effectuent annuellement des suivis et qui permettent, par l’entremise de la récolte de données, d’avoir un meilleur portrait de la situation du martinet au Québec.


Si vous souhaitez vous impliquer ou vous joindre au réseau d’intervenants pour la protection du martinet, veuillez nous contacter et il nous fera plaisir de vous outiller dans vos démarches (Yong Lang et Geneviève Perreault : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., 1-888-647-3289, poste 4).

Il est possible de participer à la protection du martinet, que ce soit en faisant connaître l’espèce à votre entourage, en effectuant un inventaire ou en approchant des propriétaires ayant une cheminée occupée. Il n’en tient qu’à vous de voir comment vous aimeriez mettre la main à la pâte!