fbpx

Bilan du printemps 2014 du programme de suivi des engoulevents

Le Regroupement QuébecOiseaux tient à remercier les bénévoles qui ont participé au programme de suivi des engoulevents du Québec au printemps 2014. Sans ces bénévoles ce projet n’aurait pas été possible.

Réalisé pour la deuxième année consécutive grâce à l’appui du Service canadien de la Faune d’Environnement Canada, des engoulevents ont été détectés à 37 points d’écoute situés sur 10 parcours différents, dans 6 régions administratives du Québec au printemps 2014. Une douzaine d’Engoulevents d’Amérique a été détectée à 8 points d’écoute lors des inventaires sur les parcours de Bristol-Pontiac, Saint-David-de-Falardeau, Shawinigan et Granby.

En ce qui concerne l’Engoulevent bois-pourri, une cinquantaine d’individus a été détectée à 30 points d’écoute lors des inventaires sur les parcours de Bristol-Pontiac, Gracefield, L’Isle-aux-Allumettes, Saint-Colomban, Hemmingford, Saint-Apollinaire et Maniwaki. Le seul parcours sur lequel les 2 espèces ont été détectées cette année est Bristol-Pontiac, en Outaouais.

https://ssl.gstatic.com/mail/sprites/newattachmentcards-d55fda9fb0fa088d70b60006ae47efb3.png) -219px -129px no-repeat;">

L’Engoulevent bois-pourri et l’Engoulevent d’Amérique sont des espèces menacées en vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP). Il est intéressant de savoir que quelques causes possibles du déclin des engoulevents ont été identifiées dont particulièrement la perte de l’habitat.

La diminution de la quantité d’insectes disponibles en raison des pesticides, des changements climatiques et des changements dans la qualité de l’eau et de l’air figurent aussi parmi les causes possibles des baisses de populations. Enfin, les collisions avec les automobiles pourraient aussi constituer une menace. En effet, les engoulevents se posent fréquemment sur des routes en gravier ou des accotements lorsqu’il fait nuit, ce qui les rend particulièrement vulnérables aux collisions avec des véhicules.

À la liste des facteurs contribuant au déclin des Engoulevents bois-pourri, pourrait s’ajouter le dérangement des nids dû au nombre croissant de chats, de ratons-laveurs et d’autres prédateurs potentiels.

Les Engoulevents d’Amérique quant à eux, souffrent possiblement de la disponibilité réduite d’habitats causée par la suppression des incendies, l’agriculture intensive et la diminution du nombre de toits couverts de gravier dans les milieux urbains.

Les données recueillies lors de ce suivi sont essentielles afin d’améliorer les connaissances sur les engoulevents et pourront être utilisées pour mesurer les changements des populations de ces espèces au Québec.

Pour plus d’informations sur le Programme de suivi québécois des engoulevents, vous pouvez contacter Marie-France Julien, biologiste et coordonnatrice du suivi des engoulevents :Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou Regroupement QuébecOiseaux, 4545 Pierre-De Coubertin, Montréal, Qc, H1V 0B2.