fbpx

Nouvelles et communiqués

Sondage - Parc Summit

L'université de Waterloo tient un projet de recherche concernant le Parc Summit. En particulier, vous serez invités à décrire ce que cette forêt urbaine signifie pour vous et si un impact sur vos expériences d’activités de loisir de plein air a résulté de vos rencontres avec d’autres adeptes de ces lieux et/ou leurs chiens. Enfin, on vous demandera de formuler des recommandations, le cas échéant, sur des moyens d'améliorer le Parc Summit.

Le lien de la version française du projet de recherche est:   http://svy.mk/1aeFemS

Si vus préférez répondre au questionnaire en anglais:http://svy.mk/12keRXU

La Loi sur la convention concernant les oiseaux migrateurs fonctionne

QuébecOiseaux tient à féliciter Protection des oiseaux du Québec et 
Joël Coutu pour leur vigilance et leur engagement dans le dossier de 
la fauche du nerprun. Voilà un bel exemple de collaboration et aussi 
une excellente illustration du rôle que peuvent jouer les clubs et 
leurs membres.

Tout comme l’a fait Joël, lorsque vous êtes témoin de 
situation semblable, vous pouvez aussi avoir recours à nos services, 
c’est un des rôles que nous jouons. Les ornithologues ne réalisent 
souvent pas l'importance qu'ils ont en étant nos yeux et nos oreilles 
sur le terrain. Et nous venons d'avoir la preuve que la Loi sur la 
convention concernant les oiseaux migrateurs peut être très utile pour 
protéger nos oiseaux. Mais pour qu'il y ait mise en application, il 
faut qu'il y ait plainte.

Soulignons une fois de plus l'importance du loisir ornithologique 
associatif, c'est-à-dire QuébecOiseaux et ses clubs affiliés. Grâce 
à Joël, qui a été la bougie d'allumage, les démarches officielles de 
Protection des oiseaux du Québec ainsi que de 
QuébecOiseaux, en collaboration avec le bureau d'application de la 
faune d'Environnement Canada, ont été faites afin de dénouer cette 
impasse dans les plus brefs délais, sans faire de fracas, efficacement 
et discrètement.

Continuez à être vigilants et n’hésitez pas à demande de l’aide.


Ensemble, nous ferons la différence.

La Berce du Caucase - Plante toxique agressive

Plusieurs régions du Québec sont aux prises avec une invasion bien particulière: des colonies de berces du Caucase, une plante envahissante et toxique, y ont été localisées. La berce du Caucase a notamment été vue à Sainte-Anne-de-la-Pérade, à Drummondville et à Warwick.

La santé publique a mis en garde les citoyens de la région contre cette plante en raison de son haut risque de brûlure. En effet, une toxine présente dans la sève provoque des inflammations et des brûlures lorsqu’en contact avec la peau. La peau devient gonflée et rouge, un phénomène qui peut persister pendant une semaine.

Source: TVA Nouvelles - Pour en savoir plus: http://bit.ly/147rm67

 

Le Migrateur de juin maintenant disponible

Avis à tous les abonnés au Migrateur, l'édition de juin est maintenant disponible. Vérifiez votre boite de courriels, elle vous a été envoyée il y a deux jours.

Vous pouvez également la lire en ligne si vous êtes membre individuel du Regroupement QuébecOiseaux en vous identifiant abord (en haut de page) t allez dans l'oglet Parutions/Le Migrateur

 

Inauguration du projet de mise en valeur et de protection de la halte migratoire du Domaine-de-la-Pêche-au-Saumon

La Fondation Hydro-Québec pour l’environnement, le Regroupement QuébecOiseaux et la municipalité de Sainte-Martine vous invitent à l’inauguration des aménagements réalisés pour mettre en valeur et protéger la halte d’oiseaux migrateurs du Domaine-de-la-Pêche-au-Saumon sur la rivière Châteauguay à Sainte-Martine. Ce projet d’une valeur totale de 137 900$ a été élaboré par le Regroupement QuébecOiseaux et le comité d’aménagement du parc Gaétan-Montpetit. Sa réalisation a été rendue possible grâce aux contributions financières de la municipalité de Sainte-Martine et de la Fondation Hydro-Québec pour l’environnement.

Ce site est reconnu par les ornithologues de la région pour la présence notable d’oiseaux de rivage (pluviers, bécasseaux, barges, chevaliers, etc.). L’eau peu profonde et les fonds vaseux attirent ces oiseaux limicoles qui viennent s’y reposer et s’y nourrir pendant leurs épuisantes migrations printanière et automnale. Au Canada et au Québec, plus des deux tiers des populations d’oiseaux de rivage sont en déclin. Si rien n’est fait pour renverser la tendance, une crise importante pour la conservation de ce groupe d’oiseaux est à prévoir.

Le projet a, entre autre, permis la création d’un écran végétal à l’entrée du parc. Formé d’arbustes fruitiers, cet écran servira de garde-manger pour certaines espèces d’oiseaux. Il permettra également de tenir les visiteurs à distance des berges et de les orienter vers un poste d’observation aménagé en retrait, d’où il sera possible d’observer les limicoles sans les perturber. De plus, cinq panneaux d’interprétation portent sur les oiseaux de rivage et l’importance de préserver ce milieu naturel fragile.

L’inauguration aura lieu le samedi 6 juillet 2013 à 17h00 au parc Gaétan-Montpetit, au 1 rue du Pont à Sainte-Martine. L’Orchestre à Vents du Suroît sera présent en soirée pour le plus grand plaisir de tous. Vous êtes, bien sûr, invité à venir profiter du parc durant la journée.

Venez en grand nombre pour célébrer cette belle réalisation!

Bénévoles demandés pour inventaires d'Engoulevent d'Amérique

Le Regroupement QuébecOiseaux est à la recherche de bénévoles pour effectuer des inventaires d’Engoulevents d’Amérique et d’Engoulevents bois-pourri sur des routes d’inventaires prédéterminées dans les secteurs suivants : Outaouais (Pontiac, Maniwaki, Buckingham, L’Isle-aux-Allumettes), Saint-Jérôme, Rigaud, Hinchinbrooke, Saint-Anicet, Kamouraska, Maskinongé, Ogden, Granby, Rouyn-Noranda, et Saint-David-de-Falardeau.

La période d’inventaires pour les Engoulevents s’étend approximativement du 24 mai au 24 juin 2013. Les inventaires se font en soirée et débutent environ 30 minutes après le coucher du soleil. Une route d’inventaire prend entre 2 et 3h à compléter.

Nous communiquerons aux participants intéressés, tous les détails concernant l’horaire et le déroulement des inventaires. Les points d’écoute sont déjà déterminés et l’information concernant ceux-ci ainsi que des cartes seront fournis.

Les personnes intéressées peuvent joindre Marie-France Julien par courriel (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.) ou par téléphone au (514) 252-3190 poste 2.

Au plaisir d’avoir de vos nouvelles!

Merci à Radio-Canada et Rouge FM

Nous tenons à remercier Radio-Canada (SRC) pour la visibilité obtenue jeudi le 8 mai dernier, lors de l'émission Cap sur l'été. Pendant que Marc Hervieux expliquait le déroulement de l'événement, on pouvait voir à l'écran la page web du Grand Défi QuébecOiseaux. Ils ont aussi ajouté sur la page de l'émission, un lien vers le site afin d'y faire un don. Pour voir l'extrait, cliquez sur le lien CAP SUR L'ÉTÉ. Allez en bas de page pour choisir l'extrait, Conclusion de l'émission. Soyez Cap sur letepatient, il y a quelques publicités.

Nous voulons aussi remercier Jean-François Baril pour avoir informé les auditeurs de Rouge Café de la tenue du Grand Défi les 10 et 11 mai.

Chaque coup de pouce est apprécié.


Entrevue avec Jean-Sébastien Guénette à CIBL

Dans le cadre du Grand Défi QuébecOiseaux 2013, nous sommes en plein sprint jusqu'au 10 mai prochain. Après Jacques Samson dans Le Soleil, c'est maintenant sur les ondes de CIBL FM 101.5 que l'événement a été publicisé, hier matin le 6mai. Sous la direction de Jean-Luc Bouchard, dans le cadre de l'émission Mission durable, Jean-Sébastien a dévoilé les côtés surprenants de la diversité de l'avifaune Montréalaise.

Pour écouter l'entrevue, cliquez sur le lien suivant. CIBL 101.5

24 heures a scruter le ciel

Jacques Samson,Collaboration spécialeLe Soleil

(Québec) Le Grand défi Québec Oiseaux nous revient pour une troisième année consécutive, cette fois les 10 et 11 mai.

Cette compétition amicale s'adresse à tous les ornithologues, qu'ils soient débutants ou aguerris. L'épreuve consiste à passer 24 heures sur le terrain - de 18h le 10 à 18h le 11 - et à observer le plus grand nombre d'oiseaux possible.

Avec cette activité, on vise trois objectifs. D'abord, on veut sensibiliser la population à l'observation d'oiseaux et à leur conservation, tenir une campagne de collecte de fonds consacrée à la conservation des oiseaux et offrir aux ornithologues une occasion de confronter leurs connaissances et leurs habiletés dans le cadre d'une compétition amicale.

L'activité correspond à la Journée internationale des oiseaux migrateurs. Les règles du défi sont simples, en 24 heures, sur une parcelle de terrain qui fait 10 mètres de diamètre, on doit identifier le plus grand nombre d'oiseaux possible.

Il y a deux façons de participer au Grand défi. On peut former une équipe de quatre personnes et s'inscrire et on peut aussi soutenir financièrement une équipe ou faire les deux à la fois. Que ce soit pour vous inscrire ou pour faire un don, rendez-vous au  http://www.quebecoiseaux.org/gdqo/index.php et faites votre choix.

L'an dernier, ce sont deux équipes de Québec qui ont remporté les grands honneurs. Marie Hélène Hachey et ses trois comparses ont observé 101 espèces dans la région de Portneuf et Geneviève Perreault et ses trois autres observateurs, dont je faisais partie, avaient un total d'observation plus modeste avec 51 espèces, mais c'est l'équipe qui a ramassé le plus d'argent, avec un total de 2841 $.

Lors du premier défi en 2011, c'est 6082 $ qu'on avait réussi à ramasser. En 2012, la somme a plus que doublé, avec des dons de 14 631 $. Cette année, on fixe la barre encore plus haut en visant 20 000 $.

L'an dernier, 66 équipes avaient été formées pour la compétition. Cette année, on est près de l'événement, mais on n'a pas encore atteint ce compte. La région de Québec, qui compte un club d'ornithologues très actifs, fait un peu parent pauvre. Au moment où j'écris ces lignes, il n'y a que deux équipes inscrites. Pas de doute, on pourrait faire beaucoup mieux.

Malheureusement, cette année, je ne serai pas du défi, car au moment où il se tiendra, je serai à Pointe-Pelée en Ontario pour participer au Festival de la plume.

Ce grand défi est une cause importante à soutenir, surtout en cette grande période de changements climatiques qui bouleversent les populations d'oiseaux.

Stagiaires recherchés

Nous sommes à la recherche de 3 à 6 bénévoles intéressés par l’écologie et la conservation des oiseaux et qui souhaitent effectuer un stage à l’été 2013 afin de vivre une expérience enrichissante au sein de notre équipe.

 Les bénévoles auront comme tâche de planifier et réaliser des inventaires d’espèces d’oiseaux en péril (ex. : Grive de Bicknell, Paruline à ailes dorées, Petit Blongios), effectuer la caractérisation d’habitats d’espèces en péril, faire la saisie de données et produire des rapports d’activité et bien sur, soutenir l’équipe du Regroupement dans d’autres projets d’inventaires et de conservation.

Nous recherchons des candidats qui sont à l’aise pour travailler en équipe (avec d’autres biologistes et bénévoles), qui sont motivés pour le travail de terrain (conditions de travail difficiles, horaires irréguliers, possibilité de travail en régions éloignées, insectes piqueurs, milieux humides) et qui sont en bonne forme physique (possibilité de travail en montagne, déplacements hors-sentiers avec GPS en forêt, longues heures de travail débutant tôt le matin).

La capacité d’identifier les oiseaux au chant et à la vue sera considéré un atout. Les candidats devront respecter les protocoles établis, faire preuve d’autonomie et de débrouillardise, et finalement ils doivent posséder un permis de conduire valide.

Notez qu’il s’agit d’un stage non rémunéré. Le Regroupement pourra remettre aux stagiaires qui le désireront, une lettre de reconnaissance académique pour les heures qu’ils auront travaillées. Les frais associés aux déplacements et au logement (lors de déplacements) seront toutefois assumés par le Regroupement QuébecOiseaux. Ce stage est à temps plein, et se déroulera du 1er mai à la fin juillet 2013 (approximativement. 13 semaines). Les lieux de travail possibles sont dans les régions suivantes : Gaspésie, Bas Saint-Laurent, Montérégie, Laurentides, Laval, Estrie, Capitale Nationale, Outaouais.

La date limite pour présenter sa candidature est le 1er mars 2013.

Pour poser votre candidature veuillez faire parvenir votre curriculum vitae accompagné d’une lettre de présentation à la responsable du stage, Geneviève Perreault, à l’adresse courriel suivante : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Seuls les candidats retenus seront convoqués en entrevue.

 

Nous remercions tous les futurs candidats. Votre contribution nous est précieuse.