• Congrès 2017

    La période d’inscription au congrès est maintenant ouverte. Faites vite et joignez-vous à la fête en compagnie de 400 passionnés d’ornithologie, le 28 octobre prochain à Victoriaville. Organisé conjointement avec le festival Victo et ses Oies. Plus de détails
  • La page des oiseaux rares

    Sûrement la source ornithologique la plus populaire au Québec, la page des oiseaux rares recoit plus d'un million de visites par année. Plus de détails
  • Magazine

    Le magazine QuébecOiseaux aborde dans chaque numéro l'actualité, présente des sites d’observation fréquentés par les ornithologues amateurs, des livres, de l’équipement et un calendrier d’activités et donne des trucs pour attirer les oiseaux dans sa cour. On y retrouve aussi des chroniques portant sur les oiseaux d’ici, les observations saisonnières et la photographie. Plus de détails
  • eBird Québec

    Le portail eBird Québec permet aux ornithologues de contribuer au suivi des populations d’oiseaux, tout en offrant des outils interactifs de visualisation des données (cartes de répartition, histogrammes de présence, etc.). Plus de détails
  • Appuyez le Regroupement

    En devenant membre de QuébecOiseaux, vous contribuez à la protection des oiseaux, à l'émergence de la science citoyenne et à l'amélioration du loisir ornithologique en plus d'obtenir un bouquet d'avantages exclusifs aux membres du Regroupement. Demandez votre carte dès maintenant. Plus de détails
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
août 2017

Épidémie potentielle de trichomonose aviaire au Québec

Épidémie potentielle de trichomonose aviaire au Québec Jean-Sébastien Guénette

Les provinces Atlantiques sont aux prises depuis un bon moment déjà avec une épidémie de trichomonose aviaire. Le Réseau canadien pour la santé de la faune a d’ailleurs recommandé de retirer les mangeoires d'oiseaux dans cette région jusqu’à ce que la situation se rétablisse. Des premiers cas potentiels auraient été observés au Québec, au début du mois d’août, à Stanstead et à Gatineau.

La trichomonose aviaire est une maladie infectieuse et potentiellement mortelle, qui touche les oiseaux, particulièrement la famille des fringillidés (p. ex. chardonnerets, roselins). Les individus qui en sont atteints ont de la difficulté à avaler et leur salive contribue à la propagation de la maladie en infectant les sources de nourriture. Évidemment, la maladie peut se transmettre du parent à l’enfant pendant la période de nourrissage des petits. Par extension, les oiseaux de proies peuvent aussi être touchés s’ils dévorent une proie qui est atteinte de la maladie.

Sans connaitre exactement la source de la trichomonose aviaire, il est reconnu que des postes d’alimentation partagée tels que les mangeoires, sont des facilitateurs de transmission. Les modèles qui exposent les graines à la pluie ou qui retiennent l’humidité sont particulièrement visés.

QuébecOiseaux recommande la prudence aux propriétaires de mangeoires et d’être à l’affut de certains détails, tels une apparence de plumage mouillé sur la face et autour du bec, une respiration laborieuse, des difficultés à avaler, de la léthargie et même un vol erratique chez les adultes. Ce dernier détail, ainsi qu’un plumage ébouriffé sont aussi symptomatiques mais en cette période de l’année, beaucoup d’oiseaux juvéniles sillonnent le ciel et ces individus ont fréquemment un plumage inégal et leur vol est souvent hasardeux.

Il est suggéré d’inspecter les mangeoires pour des traces d’humidité et de les nettoyer à fond. L’alimentation est abondante en cette période de l’année et le retrait des mangeoires peut être considéré sans crainte de mettre les populations d’oiseaux à risque. Il est possible de rapporter les cas de contagion au Réseau canadien pour la santé de la faune à l’adresse Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.. Un document informatif (en anglais seulement) est d’ailleurs mis à la disposition du public l’adresse suivante : http://www.cwhc-rcsf.ca/docs/fact_sheets/Trich_Factsheet.pdf.

QuébecOiseaux tient à rassurer la population quant aux risques de contagion par la trichomonose aviaire car cette infection n’est aucunement transmissible aux humains ni aux animaux de compagnie.

Connectez-vous pour commenter