fbpx

Conservation de l’habitat de la Maubèche des champs dans les aérodromes

Les prairies sont un des écosystèmes les plus menacés en Amérique du Nord. Leur disparition découlant entre autres de la conversion à des fins agricoles est l'une des principales menaces qui pèsent sur cet écosystème. Or, ces milieux ouverts herbacés (prairies agricoles, terrains d'aéroports) offrent des sites d'alimentation et nidification à un bon nombre d'oiseaux tels que la Maubèche des champs. La dégradation, la transformation et la fragmentation de l'habitat de nidification, provoquées par l'urbanisation et les changements dans les pratiques agricoles, contribuent à la diminution des populations de la Maubèche des champs.

La population de Maubèche des champs est estimée à 10 000 individus au Canada. Selon le Relevé des oiseaux nicheurs, la population au Québec aurait chuté de plus de 56% entre 1970 et 2015. Ce déclin est davantage prononcé dans les Basses-terres du Saint-Laurent où la population aurait chuté de 81 % pour cette même période. La transformation des prairies en culture dans le sud du Québec est une des principales menaces pour les maubèches. Les pratiques agricoles modernes affectent également le succès reproducteur de cette espèce. Par exemple, le fauchage de plus en plus hâtif et fréquent du foin augmente directement le taux de mortalité pour cette espèce, alors que l'utilisation de pesticides peut mener à son intoxication suite à l'ingestion de proies contaminées. Indirectement, l'utilisation de pesticides provoque une diminution du couvert de reproduction et des sources de nourriture en raison de la perte de végétation et d'insectes.

Au Québec, cette espèce utilise principalement les prairies agricoles, les tourbières ainsi que les terrains des aérodromes. Les aérodromes offrent des superficies adéquates à la Maubèche pour nicher et s'alimenter. Puisque des efforts sur les milieux agricoles ainsi que les tourbières sont déjà mises en place, une attention spéciale devrait se faire auprès de terrains des aérodromes. D'autant plus que les terrains des aérodromes usent de pratiques similaires à celles rencontrées en milieu agricoles. En effet, la conversion en cultures annuelles, la fauche (fréquence et hauteur) et l'usage de produit chimique sont des pratiques conflictuelles observées sur ces lieux.

Les aérodromes se caractérisent pour présenter de milieux ouverts qui représentent des habitats propices pour la faune aviaire. Cependant, ces sites attirants pour les oiseaux peuvent comporter des risques pour la sécurité des aéronefs. À cet effet, des mesures pour contrôler le péril aviaire près des aéroports et des aérodromes sont déjà mises en place afin de cibler certaines espèces (bernaches, pigeons, rapaces, étourneaux, etc.). Par contre, ce ne sont pas toutes les espèces qui représentent un danger pour la sécurité aérienne. Des mesures passives et actives sont donc exercées plus spécifiquement auprès ces espèces. Par exemple, modifier l'habitat pour le rendre moins propices à certaines espèces, est une des premières lignes de défense contre le péril aviaire. À cet effet, nous considérons qu'une bonne gestion des mesures à suivre dans les aérodromes pourra concentrer les efforts dans les aires problématiques et donc, minimiser les mesures actives. De plus, la Maubèche de champs, espèce visée dans le cadre de ce projet, nécessite des conditions qui ne sont pas très propices pour la majorité des espèces qui représentent un danger pour la sécurité aviaire.

La mise en place de bonnes pratiques de gestion et de protection de la biodiversité sur les terrains des aérodromes permettrait ainsi la cohabitation avec l'espèce tout en maintenant la sécurité aéroportuaire.

L'objectif principal vise à protéger l’habitat de la Maubèche des champs et réduire les menaces qui pèsent sur la population sur les terrains des aérodromes. Pour y arriver, le projet vise spécifiquement les objectifs suivants :

  • Valider les sites de nidification de la Maubèche des champs sur les aérodromes localisés en Montérégie;
  • Réaliser un transfert de connaissances aux intervenants clé, les gestionnaires des aéroports, sur la situation de la Maubèche des champs;
  • Produire des outils de formation personnalisés (fascicules et cahiers de propriétaires) qui seront transmis aux gestionnaires clé;
  • Informer quelques gestionnaires des aérodromes (3 à 5) sur les pratiques et attitudes à adapter pour conserver l’habitat de la Maubèche des champs;
  • Promouvoir la bonne gestion de pratiques et la protection l’habitat de nidification dans les aérodromes;
  • Réaliser un suivi des pratiques appliquées dans les aérodromes par les gestionnaires clé.