décembre 2014

Nouvelles du projet pilote pour le maintien d’habitat propice à la nidification de la Paruline à ailes dorées dans la région de la Vallée-du-Haut-Saint-Laurent

Écrit par

Rappelons d’abord que ce projet consiste à développer, en partenariat avec les propriétaires et les acteurs du milieu, une stratégie visant à maintenir, en tout temps, une certaine superficie d’habitat ouvert arbustif de qualité en pourtour des massifs forestiers. La période estivale a donc été consacrée à valider, sur le terrain, les parcelles propices à des interventions d’aménagement ainsi qu’à la rencontre de propriétaires privés et de producteurs forestiers ouverts à la conservation de la Paruline à ailes dorées. Cela nous a permis d’orienter la stratégie en tenant compte, à la fois de la qualité physique des parcelles pouvant offrir de bonPAAD AlainHoguenes conditions de nidification pour cette espèce, mais également de l’ouverture et de l’intérêt des propriétaires de ces parcelles. Nous avons maintenant une idée claire des endroits où nous devrons prioriser les interventions ainsi que les types d’interventions qui devront être réalisés.

L’habitat ouvert en régénération : pas seulement pour la Paruline à ailes dorées!

À notre connaissance, aucun projet de conservation québécois ne s’intéresse spécifiquement au maintien de l’habitat ouvert en régénération (ex. : friche arbustive). Ce type d’habitat est transitoire (il est souvent perçu, par les aménagistes agricoles et forestiers, comme une perte de rentabilité) et il ne peut se maintenir, dans le temps, que par un régime de perturbation planifié. Or, une étude objective révèle que 42 espèces d’oiseaux sont associées à ce type d’habitat dans le sud du Québec, dont 10 espèces rares, 5 espèces menacées et les 4 espèces qui font l’envie des chasseurs.

Les données du Relevé des oiseaux nicheurs au Canada indiquent également que 90 % des oiseaux qui ont connu des baisses d’effectifs marquées entre 1980 et 2000 fréquentaient ce type de milieu résultant de perturbations (p. ex. champs ouverts, arbustaies, forêts en milieu de succession). Il n’est donc pas étonnant qu’aux États-Unis, au moins quatre programmes de conservation s’intéressent à l’habitat ouvert en régénération (Environmental Quality Incentives Program, Wildlife Habitat Incentives Program, Wetlands Reserve Program et Conservation Reserve Program). Toutefois cet habitat ne semble pas encore retenir concrètement l’attention au Québec.

Le Regroupement QuébecOiseaux joue ainsi un rôle de précurseur dans la conservation de ce type d’habitat. Grâce à ce projet pilote, l’expertise développée par le biais des travaux que QuébecOiseaux mène depuis 2008 dans la Vallée-du-Haut-Saint-Laurent, sera alors transférable à d’autres régions du Québec. Notons que ce projet pilote est rendu possible grâce à la vision et au soutien financier de la CRÉ de la Vallée-du-Haut-Saint-Laurent et le Programme d’intendance de l’habitat du Gouvernement du Canada.

D’autres projets concrets d’interventions sont déjà en préparation à QuébecOiseaux, dont :

  • des travaux expérimentaux avec deux ingénieurs forestiers en collaboration avec l’Agence forestière de la Montérégie;
  • le travail d’Hydro-Québec (TransÉnergie) prenant en compte le maintien de l’habitat ouvert arbustif dans la planification des travaux de maîtrise de la végétation dans les emprises électriques;
  • un projet de recherche scientifique pour mieux comprendre certains aspects de la dynamique de la population de la Paruline à ailes dorées;
  • la réalisation de fascicules pour mieux faire connaître l’importance de ce type d’habitat et les façons d’intervenir pour le maintenir.

 

Connectez-vous pour commenter