fbpx

Nouvelles et communiqués

QuébecOiseaux sur Twitter et Facebook

FacebookTwitterLes médias sociaux sont bel et bien implantés dans l’univers de l’information. C’est pourquoi le Regroupement QuébecOiseaux a récemment créé une page Facebook, ainsi qu’un compte Twitter. Au moment d’écrire ces lignes, plus de 270 personnes se sont inscrites sur notre page Facebook, où elles peuvent partager des photos, commenter des articles ayant trait à l’ornithologie, etc. La page Twitter permet quant à elle d’envoyer des nouvelles en temps réel aux abonnés, qu’il s’agisse de mentions d’espèces exceptionnelles ou de tout sujet d’actualité susceptible d’intéresser les amateurs d’oiseaux. Pour s’abonner à ces « gazouillis », il suffit d’inscrire « @quebecoiseaux » dans le moteur de recherche de Twitter.

Offre d'emploi - Responsable du volet Loisir

Ornitho_JeanSbastienGunette
© Jean-Sébastien Guénette

Le Regroupement QuébecOiseaux est un organisme sans but lucratif qui regroupe et représente les clubs et sociétés d’observateurs et observatrices d’oiseaux du Québec, des organismes associés et des membres individuels. Fondé en 1981, l’organisme compte maintenant près de 6 000 membres. Ses objectifs sont de favoriser le développement du loisir ornithologique, de promouvoir l’étude des oiseaux, ainsi que de veiller à leur protection et à celle de leurs habitats.

Lire la suite...

Le suivi des Parulines à ailes dorées en Montérégie

Depuis 2008, le Regroupement QuébecOiseaux a entrepris un projet de repérage des Parulines à ailes dorées sur des terres privées en Montérégie. Avec la collaboration des propriétaires, les équipes de biologistes et de bénévoles ont détecté 19 Parulines à ailes dorées, 5 Parulines de Brewster et 2 Parulines à ailes bleues dans les municipalités de Hinchinbrooke et de Godmanchester. Nous avons procédé à la capture et le baguage des oiseaux afin d’en savoir plus sur l’hybridation des espèces. Si vous voyez des parulines avec des bagues aux pattes, veuillez noter la couleur de la bague ainsi que sur quelle patte elle se retrouve. De plus, si vous êtes intéressés à participer au repérage des parulines, veuillez contacter Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

9e saison de l’Observatoire d’oiseaux du Bic

BUQR_DenisDesjardins_13
© Denis Desjardins

C’est aujourd'hui que débute la 9e édition du Suivi printanier des oiseaux de proie de l’Observatoire d’oiseaux du Bic, et ce, jusqu’au 23 mai 2010. Ce suivi est assuré par le Regroupement QuébecOiseaux, poursuivant l'initiative du Club des ornithologues du Bas-Saint-Laurent. Les observateurs sont bien entendus invités à aller admirer le spectacle de la migration des oiseaux de proie au belvédère Raoul-Roy (parc national du Bic) où s’effectue le suivi. Ce dernier s’échelonne sur un peu plus de deux mois, période durant laquelle 5 000 oiseaux de proie en moyenne y sont recensés. Denis Desjardins, fidèle au poste tous les jours, affiche les comptes-rendus sur le forum de discussion que vous pouvez trouver sur le site Web du Regroupement QuébecOiseaux.

Une coalition propose la création d'une aire protégée au Massif du Sud

Une coalition d’organismes propose la création d’une importante aire protégée de près de 100 km2 au massif du Sud dans la région de Chaudière-Appalaches. Nature Québec, le Réseau des montagnes, le Groupe des ornithologues de Beauce-Etchemin (GOBE), le Club des ornithologues de Québec (COQ), ont dévoilé les grands contours de cette future aire dont les différents statuts procureraient à ce territoire unique une protection allant de grande à modérée. L’aire protégée qu’ils proposent, bien que n’excluant pas la possibilité d’un développement éolien de type communautaire dans un certain secteur, est incompatible avec la réalisation du projet de Saint-Laurent Énergies qui veut se déployer au coeur des écosystèmes à haute valeur écologique.

Il est à noter qu’à l’exception d’une réserve écologique de faible dimension, la nomenclature actuelle de « parc régional » dévolue à ce territoire n’est pas un statut reconnu légalement et ne garantit aucunement la conservation. La région de Chaudière-Appalaches possède actuellement un pourcentage très faible d’aires protégées, soit 1,89 %, très loin de la moyenne québécoise de 8 % et des 12 % visés d’ici 2015.

Parmi les principaux arguments scientifiques qui soutiennent la proposition d’aire protégée, notons l’existence d’un des principaux sites de nidification de la Grive de Bicknell, une espèce vulnérable, ainsi que plusieurs espèces à distribution limitée; la présence de l’un des rares secteurs de sapinière à oxalide; la présence d’une dizaine de rivières à la tête de trois bassins versants supportant une population indigène d’ombles de fontaine (truite mouchetée) et qui alimentent notamment la rivière Etchemin, une rivière à saumon. A cet égard, il est à noter que la Fédération québécoise pour le saumon atlantique (FQSA) appuie formellement la création d'une aire protégée au massif du Sud.

La Grive de Bicknell

Le principal argument en faveur de la création d’une aire protégée sur une partie importante du massif du Sud est la protection de la Grive de Bicknell et son principal habitat : la sapinière à oxalide. Le massif du Sud abriterait jusqu’à 20 % de la population québécoise de cet oiseau. Si cette espèce, qui niche uniquement en Amérique du Nord, n’est pas aussi connue que le Béluga du Saint-Laurent ou le Caribou de la Gaspésie, il s’agit néanmoins d’une espèce vulnérable au sens de la Loi québécoise sur les espèces menacées et vulnérables. Au niveau canadien, le COSEPAC, le comité scientifique chargé de faire le suivi de la biodiversité, a recommandé en décembre dernier de renforcer la protection de cette espèce en lui conférant un statut d’espèce menacée. Son habitat est composé des forêts situées en haute altitude, résineuses, denses, où le climat est frais et humide. Un des plus importants facteurs limitant les populations de cette espèce est la prédation, principalement par l’écureuil roux. Il est reconnu que la fragmentation des habitats, notamment par les routes ou les chemins d’accès, favorise l’action de ce prédateur.

Des rivières exemptes de pollution

Des sommets du massif du Sud émergent une dizaine de rivières exemptes de pollution. Celles-ci sont la source de trois grandes rivières : la rivière Etchemin, la rivière du Sud et la rivière Daaquam qui alimentent, rafraichissent et purifient le milieu tout au long de leur parcours sur des centaines de kilomètres en aval. À titre d’exemple, la rivière Etchemin s’écoule sur 124 km en direction du nord-ouest pour rejoindre le fleuve Saint-Laurent, en face de la ville de Québec. Son bassin s’étend sur 1466 km²; plus de 44 000 habitants y vivent, répartis dans 30 municipalités.

Le témoin incontestable de la qualité de l’eau du massif du Sud est l’omble de fontaine (truite mouchetée) qui y règne, cette espèce de poisson étant la seule peuplant ces cours d’eau. Ce phénomène (appelé allopatrie) est presque exclusif à ces rivières dans l’ensemble de la région de Chaudière-Appalaches. Rappelons-nous aussi que la rivière Etchemin a déjà abrité une importante population de saumon atlantique, lequel a disparu en raison des impacts des activités humaines. L’intégrité de ces rivières et de la qualité de leur eau est essentielle pour la reproduction de cette espèce en région, ainsi que pour les habitants et usagers du territoire dans l’ensemble de ces bassins versants.

La sapinière à oxalide

Les sommets du massif du Sud renferment des écosystèmes forestiers très riches, notamment la sapinière à oxalide, laquelle n’existe, au sud du Saint-Laurent, que sur quelques sommets des Appalaches, du Québec et de la nouvelle Angleterre. La disparition de ces écosystèmes entraîne celle des habitats des espèces particulières qu’ils abritent. Outre la Grive de Bicknell, les sommets au-delà de 700 mètres abritent des espèces à distribution limitée telles le Tétras du Canada, le Durbec des sapins, le Bruant fauve, le Moucherolle à ventre jaune et deux espèces de campagnols rares.

Les contours de l’aire protégée

L’aire protégée proposée vient s’adosser à une réservé écologique existante et se compose de deux grands secteurs. Une réserve de biodiversité qui s’étendrait minimalement sur les sommets à partir de 700 mètres en excluant la station de ski. Sur cette réserve, dite de catégorie III, les activités industrielles sont interdites mais pas les activités touristiques, notamment la chasse et la pêche. Le reste du territoire public du Massif serait composé d’une aire protégée de catégorie VI qui permet certaines activités comme la foresterie, conformément à des pratiques de durabilité. L’activité éolienne de type communautaire y serait également possible.

Web 101

GUEJ20100205

Le Regroupement QuébecOiseaux vient de procéder à une refonte majeure de son site Web. Inspiré en partie par les réseaux sociaux, celui-ci comporte maintenant plusieurs outils interactifs. Voici donc un aperçu de ces nouvelles fonctionnalités.

Enregistrement

SiteWebInscription

Dès votre première visite sur le nouveau site Web, vous noterez au haut de la page les champs Identifiant et Mot de passe. En vous identifiant, vous aurez accès à certaines fonctionnalités supplémentaires, dont un répertoire des observateurs d’oiseaux du Québec. S’il s’agit de votre première visite, il suffit de cliquer sur le lien Inscription pour remplir le formulaire. Ne vous inquiétez pas, les informations demandées dans ce formulaire ne seront d’aucune façon transmises à un organisme tiers.

Si vous êtes déjà inscrit, il suffit d’indiquer votre identifiant et votre mot de passe dans les champs correspondants. En cochant la case Se souvenir de moi, vous n’aurez plus besoin de remplir ces champs lors de vos visites subséquentes.

Gestion du profil

SiteWebMonProfil

Une fois inscrit sur le site Web, vous noterez dans le Menu des utilisateurs (à droite) un lien intitulé Mon profil. C’est à cet endroit que vous pouvez afficher et modifier les informations qui vous concernent. L’onglet Adhésion vous permet quant à lui de gérer vos adhésions au Regroupement QuébecOiseaux.

Répertoire des conférences

SiteWebMesConferences

Si vous avez une conférence toute prête ou en cours de préparation, que vous aimeriez présenter dans les clubs, il vous suffit de l’ajouter (titre et résumé) à votre profil, dans l’onglet Mes conférences. Ainsi, votre nom et le titre de votre conférence s’ajouteront au répertoire des conférenciers, accessible aux clubs d’ornithologie. Ceux-ci n’auront ensuite qu’à vous contacter pour connaître les modalités d’une visite de votre part dans leur région.

Calendrier d’évènements

SiteWebCalendrier

Les clubs qui le désirent peuvent afficher leurs activités sur notre site Web, de la même façon que dans le magazine QuébecOiseaux. En consultant le Calendrier d’évènements, vous aurez une idée par exemple des activités qui se déroulent à l’extérieur de votre région.

Sites d’observation

SiteWebSitesObservations

Le tourisme ornithologique est de plus en plus populaire, et le Québec regorge de bons sites d’observation. Afin d’aider les observateurs à s’y retrouver, nous avons utilisé la technologie Google Maps pour dresser la liste des sites d’observation les plus intéressants au niveau ornithologique.

Évidemment, la liste des sites peut être bonifiée à tout moment. Ainsi, si vous avez des sites à nous proposer, il suffit de nous envoyer un courriel en indiquant le nom du site, comment y accéder (adresse ou coordonnées géographiques du stationnement ou du chalet d’accueil), et la raison pour laquelle vous pensez que ce site devrait faire partie des meilleurs sites d’observation au Québec.

Forum de discussion

SiteWebForum

Vous avez une question à propos de l’un de nos projets, ou tout simplement d’ordre général sur les oiseaux? Il suffit de la poser dans l’une ou l’autre des catégories que vous trouverez dans notre forum de discussion.

Le Regroupement QuébecOiseaux au Festival de plein air de Montréal

NELE20040924
© Eberhard von Nellenburg

Le Regroupement QuébecOiseaux sera présent au Festival de plein air de Montréal les 22, 23 et 24 mai prochains, au Parc Jean-Drapeau. Nous serons au kiosque 243; l'entrée est gratuite.

Les amateurs et les mordus de PLEIN AIR et de VOYAGES se donnent rendez-vous! Plus d’une centaine d’exposants, des événements sportifs, des essais et des ateliers pratiques gratuits, des animations et des structures pour faire monter l’adrénaline.

Offre d'emploi - Représentant évènements spéciaux

GUEJ090522-06
© Jean-Sébastien Guénette

Le Regroupement QuébecOiseaux est présentement à la recherche de personnes de partout au Québec ayant de bonnes aptitudes au niveau de la communication et de la vente afin d'appuyer le personnel de l'organisme lors d'évènements spéciaux (festivals, salons, expositions, etc.). Possibilité de rémunération en fonction du nombre d'abonnements et autres articles vendus lors de ces évènements.

Un évènement est déjà planifié, soit le Festival de plein air de Montréal, qui se tiendra au parc Jean-Drapeau les 22, 23 et 24 mai prochains. Les personnes intéressées, pour cet évènement ou pour tout autre dans leur région, n'ont qu'à communiquer directement le Regroupement QuébecOiseaux (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.; 514 252-3190; 1 888 647-3289).

Invitation à participer au Défi Ornitho/24 heures

GUEJ090530-01
© Jean-Sébastien Guénette

Les activités de type 24 heures sont très populaires auprès de la communauté ornithologique, et ce, dans plusieurs régions du Québec. Toutefois, cette activité a malheureusement disparu il y a quelques années de la région montréalaise. En collaboration avec la Société de biologie de Montréal, nous allons tenter ce printemps de faire revivre cette tradition!

Seuls ou en groupes, tous les observateurs sont donc invités à dénombrer les espèces d’oiseaux dans les sites de leur choix et pendant le temps qu’ils voudront, mais il faut s’en tenir à la période du vendredi 29 mai à 17h00 au samedi 30 mai à 17h00. Les participants sont ensuite conviés à un cocktail suivi d’un souper à compter de 17h30 samedi le 30 mai, au parc de la Rivière-des-Mille-Îles. Chaque participant devra verser une contribution de 25 $ (20 $ pour les membres d’un club d’ornithologie) pour défrayer le coût du repas et la location de la salle. Les personnes qui désirent assister au souper doivent absolument s’inscrire à l'adresse Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. avant le 15 mai prochain.

À noter qu’il existe d’autres activités de type 24 heures ailleurs en province. Vous êtes donc invités à rejoindre les groupes suivants pour participer à ces activités :

  • Club d’ornithologie de la Côte-Nord – La coche d’Adalbert (29-30 mai);
  • Club d’ornithologie du Haut-Richelieu – 24 heures de mai (22-23 mai);
  • Club des ornithologues du Bas-Saint-Laurent – T’huit t’huit (29-30 mai);
  • Groupe des ornithologues de Beauce-Etchemin – 24 heures de mai (29-30 mai);
  • Société d’ornithologie de Lanaudière – Avifête de Lanaudière (22-24 mai).