Nouvelles et communiqués

Inscrivez-vous!

Plusieurs nouvelles pages sont maintenant en ligne sur le site Web de l'Atlas des oiseaux nicheurs du Québec, dont celle permettant aux observateurs qui souhaitent contribuer à l'atlas de s'inscrire comme participant (il est obligatoire de s'inscrire pour participer à l'atlas). Nous vous invitons donc à prendre quelques minutes pour lire les conditions de participation et vous inscrire. Veuillez noter que nous ferons parvenir la trousse du participant aux personnes inscrites au cours du mois d'avril (et non dès leur inscription, s'ils s'inscrivent plus tôt) puisque certains documents qui en feront partie ne sont pas encore achevés. Par ailleurs, nous vous invitons à consulter la carte de la région administrative dont vous faites partie, la page consacrée aux responsables régionaux, ainsi que les codes et les définitions des indices qui serviront à documenter la nidification des oiseaux tout au long du projet.

Photos recherchées!

Nous sommes à la recherche de photographes chevronnés prêts à fournir des images qui pourront servir à illustrer le site Web de l'Atlas des oiseaux nicheurs du Québec. Il n'est pas prévu payer pour ces images, mais de faire mention de l'auteur de chacune des images qui seront publiées. Il est possible que certaines images doivent être modifiées quelque peu pour les besoins de la mise en pages du site. Toute personne intéressée à fournir des photos est priée de nous le laisser savoir en remplissant le formulaire de Contribution de photographies.

L'Atlas des oiseaux nicheurs du Québec disponible en version électronique

Le Regroupement QuébecOiseaux, avec le soutien du Service canadien de la faune d’Environnement Canada, est fier de rendre à nouveau accessible le formidable ouvrage de référence qu’est l’Atlas des oiseaux nicheurs du Québec méridional. Cette édition sur DVD arrive juste à temps pour le temps des fêtes!

L’Atlas des oiseaux nicheurs du Québec méridional est le plus grand projet jamais entrepris sur les oiseaux du Québec. Chacune des 292 espèces traitées est documentée au moyen de nombreuses photos, d’une carte de répartition détaillée ainsi que de textes complets sur l’habitat, le comportement, la répartition et les tendances. Il est le fruit de la participation bénévole d’environ 1 000 personnes qui ont consacré plus de 67 000 heures sur le terrain. Publié en 1995, l’Atlas des oiseaux nicheurs du Québec méridional demeure un ouvrage incontournable pour les ornithologues amateurs comme pour les scientifiques. Pour le plus grand bonheur des amateurs d’oiseaux, ce format numérique permettra une consultation rapide de l’information et une lecture comme si vous aviez le livre devant vous.

Mentionnons que les travaux entourant la mise à jour des informations ayant servi à produire cet ouvrage débuteront au printemps 2010, et s’étendront sur les cinq ou six prochaines années. En attendant, les personnes intéressées par l’édition DVD du premier Atlas des oiseaux nicheurs du Québec méridional peuvent l’obtenir dès maintenant au coût de 19,95 $ (+ frais d’envoi) en visitant la boutique en ligne du Regroupement QuébecOiseaux ou en appelant au 1 888 OISEAUX (647-3289).

Chronique de Pierre Gingras sur l'Atlas des oiseaux nicheurs

L'Atlas des oiseaux nicheurs et le déclin des hirondelles

Le mercredi 1 mai 2013

Pierre Gingras parle d'abord de ses chères hirondelles, qui sont en déclin : « moi dans mon patelin de Boucherville, où j'ai des cabanes pour hirondelles, je n'ai pas vu l'ombre d'une hirondelle, ni autour de la maison ni dans le ciel environnant. Zéro. » Cette situation se reflète dans l'Atlas des oiseaux nicheurs du Québec, qui commence sa quatrième et avant-dernière année d'inventaire, qui sert à déterminer l'état et l'abondance de nos populations. 
 
Il explique ensuite comment on fait l'inventaire, auquel participent plus de 2000 bénévoles depuis le début et cinq ou six équipes de professionnels qui patrouillent la forêt boréale. L'Atlas est toujours à la recherche de bénévoles .  
 
Les hirondelles, comme tous les oiseaux qui capturent des insectes volants sont en fort déclin, parce qu'il y a de moins en moins d'insectes. Mais on ne sait pas pourquoi.  
 
Pierre Gingras suggère la visite du Jardin Daniel A. Seguin, à Saint-Hyacinthe, samedi et dimanche, entre 9 h à 17 h,.