fbpx

Les Grives SOLidaires 2019

Les Grives SOLidaires: Alain Sylvain, José Gagnon, Suzanne Cholette et Dominic Chartier

La Prairie, le 9 juin 2019

C'est avec plaisir encore une fois cette année que nous avons entrepris de relever le Grand Défi QuébecOiseaux. Nous en sommes à notre 7e édition. Fidèles à nos habitudes, nous avons couvert une partie du territoire se trouvant dans la magnifique région de Lanaudière. Il était donc 11h00 lorsque nous avons commencé à identifier les oiseaux à l’Île Lebel à Repentigny.

Nous avons débuté en lion, amassant pas moins de 35 espèces d’oiseaux à cet endroit privilégié. Les Canards colvert, chipeau et souchet figurent parmi le peu de canards que nous avons croisés; un Viréo mélodieux nous a divertis durant quelques minutes tandis qu’on essayait de le trouver parmi les feuilles d’un arbre ; une Paruline rayée femelle nous a donné du fil à retordre à identifier en ce début de saison mais ses petites pattes orange ont finalement été l’élément déterminant. Le niveau des eaux encore très élevé à cette période de l’année nous a fait manquer plusieurs espèces ainsi que le fait que nous avons fait le Grand Défi plus tard qu’à l’habitude, plusieurs espèces migratrices étaient déjà passées. On les retrouvera plus au nord.

En chemin vers la Pourvoirie St-Zénon, on ajoute à notre liste : le Busard des marais, l’Urubu à tête rouge, le Martinet ramoneur, l’Hirondelle rustique et le Roselin pourpré. Sur le rang de terre menant à la Pourvoirie St-Zénon, on aperçoit un oiseau de taille respectable dans les branches d’un arbre, je m’écris « un Héron vert, un Héron vert ! ». Et en même temps je pense dans ma tête « ben voyons donc un Héron vert ici, ça pas de bon sens ! » Alain arrête la voiture et on se rend compte que c’est un oiseau en bois, voulant reproduire un colvert mais qui n’est pas trop réussi ! Les drôles ! Il y a aussi depuis plusieurs années un loup en bois sur cette route ! C’est divertissant ! On se fait prendre à chaque fois. Nous poursuivons finalement vers la pourvoirie, où habituellement on parvient à dénicher deux espèces particulières, soient le Mésangeai du Canada et la Mésange à tête brune. Nous n’observons aucune de ces deux espèces. Malheureux, mais pas un désastre ! Nous ajoutons quand même une dizaine de nouvelles espèces à notre liste dont le Roitelet à couronne rubis et le Bruant à gorge blanche qui chantent à tue-tête.

Il fait encore jour pour quelques heures mais la pluie commence à tomber, parfois fort, parfois plus finement. Nous continuons nos recherches entre St-Zénon et St-Michel-des-Saints. On déniche quand même quelques oiseaux entre deux averses ou entre deux éclaircies car à chaque fois qu'on sort de la voiture ça se remet à tomber ! Mais il n'y a rien pour nous arrêter et on ajoute : Tarins des pins, Paruline obscure et Butor d’Amérique qui nous fait honneur avec son oonk-a-louk guttural qui peut être entendu jusqu’à une distance de 1 km ! Nous croisons aussi un couple de Grive fauve en train de construire leur nid, leur bec plein de brindilles. Quelle rare observation ! Ces oiseaux sont si discrets sur le plancher de la forêt, mais là, à une dizaine de pieds du bord de la route elles n’en avaient que faire de notre présence. « Voyez pas qu’on est occupé à construire notre nid ! Foutez-nous la paix ! ». C’est ce que nous avons fait.

Plus loin, à l’entrée de St-Michel-des-Saints, nous observons le même petit groupe de Bernaches du Canada qu’à l’habitude et il y a déjà 7 petits. Elles ont dû nicher presque dans la neige si on figure qu’il y a un mois il y avait encore pas mal de neige à St-Michel. Tout près de là, nous croisons un chevreuil. Il était dans le fossé à côté de l'auto et nous l'avons vu seulement quand il a bougé réalisant qu'il y avait des humains trop près de lui. Ça aussi c’est une belle observation. Nous pensons à rentrer afin d’être capables de nous lever très tôt le lendemain matin pour terminer notre Grand Défi. Toutefois nous ne pouvons résister à faire une petite marche de nuit afin de dénicher une bécasse ou un hibou, mais tout ce que l’on entend c’est un Bruant à gorge blanche et les rainettes. Allez, au lit!

Les rayons du soleil sont à peine sortis quand nous nous préparons à sortir du chalet pour aller cocher tous ces oiseaux qui chantent déjà. C’est toujours une fête cette période de l’année pour un observateur d’oiseaux : tous les oiseaux chantent et bougent beaucoup. En plus il n’y a pas encore de feuilles ici au nord de Lanaudière. Les oiseaux ne peuvent donc se cacher derrière ces dernières. Alors on y va et on cumule les oiseaux : Gélinotte huppée, Colibri à gorge rubis, Chouette rayée (eh oui ! nous l’avons entendu chanter à quelques reprises!), les pics, les bruants et 18 espèces de parulines dont la très belle et plutôt rare pour nous à trouver, la Paruline du Canada.

Nous sommes très heureux de notre récolte 2019. Les oiseaux étaient peu nombreux en nombre par espèce mais nous avons finalement réussi à voir presque autant d’espèces que d’habitude. Nous nous demandons tout de même si le facteur nombre de cette année est dû au fait que nous avons fait notre activité plus tard qu’à l’habitude ou aux changements climatiques et autres dérangements humains qui ont un impact cumulatif année après année ?

Les études démontrent que plusieurs populations d’oiseaux sont en baisse drastique. Il est donc important de continuer à investir pour protéger les oiseaux et leurs habitats. Grâce à vous nous avons amassé 2101$ cette année pour des projets de QuébecOiseaux et de l’ Union québécoise de réhabilitation des oiseaux de proie.

 

Merci de soutenir la cause des oiseaux et à l’an prochain !

 

José Gagnon

pour Les Grives SOLidaires :

Dominic Chartier

Suzanne Cholette

José Gagnon

Alain Sylvain